Archives pour la catégorie Café Médiation

Les accords en médiation

Grand Café de la Médiation à Lyon 20212 juin 2021 – organisé par Médiation du Rhône

par Gaëlle Walker

Cette soirée-débat avait pour but de réunir et exprimer les expériences et les positionnements de chaque profession présente, magistrats, avocats, et médiateurs, de façon concrète dans cette phase importante du processus de médiation qu’est la rédaction et la formalisation des accords.

En effet, les professionnels du droit tels que les magistrats et les avocats n’ont pas toute connaissance de la pratique de la médiation et des médiateurs et des compétences qu’ils utilisent pour mener une médiation. Par ailleurs les médiateurs n’ont pas non plus une connaissance concrète de l’exercice du conseil, et de la formalisation par les avocats, ni de l’exercice de la justice par les magistrats.

Cette méconnaissance génère entre ces professions à la fois des fantasmes, mais aussi des confusions, et parfois des contradictions, voire des tensions. Ainsi il semblait très important de réunir ces trois métiers, de confronter ces trois postures afin de mettre en lumière ces différents aspects.

Et c’est ce qui s’est produit !

En animant le débat j’ai pu constater avec satisfaction la curiosité et l’intérêt de chacun à découvrir les pratiques de l’autre, et l’écoute positive permettant un échange constructif.

Il a d’abord été constaté que la médiation ne conduit pas forcément à un accord, en tout cas un accord écrit. Il est important de distinguer les processus conduits en médiation dite conventionnelle, c’est-à-dire émanant de la relation entre deux entités, qui ne conduisent pas obligatoirement à un accord, mais avant tout à la création du lien,  et la médiation judiciaire, qui elle, implique souvent la rédaction d’une transaction.

Mais suivons les différentes étapes de la construction d’un accord.

L’essence de l’accord :

construction de l'accord
construction de l’accord

L’accord émerge alors comme une « démarche structurante entre deux volontés se dessinant au cours des entretiens », tel un récit, une histoire qui s’écrit ensemble. Cette écriture peut avoir plusieurs formes.  

La formalisation de l’accord :

accord
accord en médiation

Les avocats ont évoqué un aspect de leur mission consistant à assurer la lecture et la conformité des  décisions prises en collaboration, à un cadre légal, ou du moins d’en assurer le contrôle. Certains domaines semblaient réserver plus de « contraintes » que d’autres, comme le domaine administratif, qui intègre la question de l’ « intérêt public ». Cette question restait en suspens, tant la complexité juridique est grande dans un certain nombre de domaines. La démarche de médiation serait alors justement un « pas de côté » par rapport à ces contraintes et règlements, pour privilégier la collaboration et la confiance, plutôt que la confrontation de règles.

En ce qui concerne la valeur des écrits,

les magistrats évoquent chacun l’humilité, et l’écoute par rapport au besoin des personnes. En effet, l’homologation qui est la validation par le juge d’une décision lui accordant force exécutoire n’interviendra qu’à la demande, seulement si les personnes le requièrent, pour assurer l’exécution de l’accord. Les juges assistent souvent à la suite d’une médiation à un désistement de la procédure judiciaire en cours, le motif ayant disparu en quelques sorte.

Ce que je retiendrai de cette soirée passionnante, c’est la collaboration de chacun dans cet échange et la recherche de partenariats entre des représentants du Barreau de Lyon, de la Cour d’Appel, du Tribunal judiciaire de Lyon, du Tribunal Administratif de Grenoble, et des différentes associations de médiation de Lyon, réunies lors de cette soirée à l’Université Lyon 2. Nous pouvons nous en féliciter!

Et c’est bien d’échanges, de dialogue et de relations apaisées qu’il est question… Non ?!

débat

L’importance du débat et de la contradiction

« Les opinions opposées dialoguent rarement entre elles. »

Disait le philosophe Bernard Manin dans une publication récente sur la question du débat.

Il faisait le constat que le débat n’est pas une chose naturelle, car nous n’aimons pas nous confronter à des opinions différentes.

C’est véritablement ce que nous constatons en médiation : la difficulté d’amener les personnes à cette confrontation. La peur du conflit, la peur de l’expression des émotions qui émergent de ce conflit, l’appréhension de la rupture qui peut se produire par le désaccord, ou de la mise en danger de ses propres acquis.

Mû par ces inquiétudes, on est tenté d’éviter cette confrontation, et empêcher le débat : l’évocation du politiquement correct sert à disqualifier une opinion différente de la sienne. On refuse le dialogue et la confrontation sur le motif que l’idée de l’autre est choquante, ou mauvaise. On empêche ainsi toute discussion, en diabolisant son adversaire. On le réduit au silence, on le neutralise.

Or pour débattre, il faut « accorder de la considération aux opinions opposées… les entendre, chercher à les comprendre ». Entendre ou comprendre ne signifie pas forcément se rallier à cette position, ou se dédire de ses propres convictions.

L’intérêt du débat c’est de dépasser la dimension individuelle, et se porter sur un enjeu collectif de communauté.

Ainsi la liberté d’expression est nécessaire dans le débat : on peut exprimer sans tabou, ni restriction son opinion, si on sait qu’elle sera écoutée, sans dénigrement, et qu’elle pourra être contredite. Mais si le contenu du propos est sans tabou, et peut tout dire, la forme doit respecter des règles de respect, de clarté des propos, de façon a favoriser les échanges.

Un bon débat, n’est pas un échange où les personnes sont d’accord à son issue, mais un échange dans lequel les personnes sont en mesure de s’écouter et accepter que l’idée de l’autre soit contraire à la sienne.

Café Médiation

Venez en parler avec nous lors du prochain Café Médiation jeudi 3 décembre 2020 : lien à l’agenda

Reprise des Cafés Médiation à Lyon

Café Médiation

C’est la rentrée! Les conditions de reprise ne sont pas exactement comme on les souhaiterait, mais nous avons tous besoin de rencontres, d’échange, de perspectives, ou encore de soutien.

Nous nous retrouverons donc dès jeudi 3 septembre 2020 pour parler de médiation, mais aussi de communication, d’accompagnement, d’émotions et d’écoute, dans tous les domaines où la relation est en difficulté.

Ce sera un Café Médiation sans thème particulier, de façon à ce que les échanges soient ouverts à vos préoccupations du moment.

Comme vous le savez, ces temps de rencontre sont ouverts à tout professionnel intéressé par le sujet. Alors à jeudi.

Qu’est-ce qu’un café médiation?

C’est donc dans un esprit d’ouverture que nous vous retrouverons jeudi à 8h30, au Café les Assembleurs, 12 rue Mazenod Lyon 3ème.

/!\ Attention : port du masque demandé à l’entrée et pour les déplacements dans le Café, et respect des distanciations et des gestes barrières.

médiateur familial médiateur du travail

La médiation et la Justice de demain.

Au sortir de cette période de confinement et de distanciation sociale, la reprise progressive de l’activité judiciaire, les tribunaux se retrouvent submergés par le retard pris sur le traitement des dossiers accumulés, et l’activité fortement réduite.

Ainsi les avocats par répercussion voient leurs dossiers reportés et les délais s’allonger. Les personnes aussi doivent patienter plus encore.

La médiation a un rôle à jouer dans ce contexte : Chacun trouve sa place dans ce processus collaboratif : le médiateur, l’avocat et le juge, pour la satisfaction des justiciables.

Pourquoi s’en priver ?

Lire la suite

L’écoute sans jugement du médiateur

Pour finir l’année, le café Médiation de décembre propose une réflexion sur la posture du médiateur en comparaison à  l’écoute d’un conseiller, ou d’un accompagnant, et sa capacité à ne pas porter de jugement.

Que vous soyez médiateur ou, plutôt juriste, avocat, ou accompagnant, ou encore manager ou RH, venez donner votre expérience, ou juste échanger au sujet de cet espace tellement spécifique dans lequel les personnes peuvent s’écouter et s’exprimer librement.

A l’heure de l’injonction de « libérer la parole », comprenons ensemble en quoi cela peut consister, et ce qu’il faut sécuriser pour cela.

A jeudi prochain.

Pour approfondir la réflexion :
https://www.mediationwalker.com/post/le-non-jugement-et-l-écoute-du-médiateur

Gaëlle WALKER

Café Médiation à Lyon

Pour évoquer ensemble la question de la Médiation de couple, en médiation familiale.

Fréquemment, le médiateur est saisi de demandes de couples en pleine séparation, qui souhaitent l’aide d’un tiers pour clarifier leur situation, et les aider à le faire sans heurts, et dommages.

Ainsi ils s’adressent au médiateur sans avoir tout-à-fait décidé la voie, et les choix qu’ils ont à faire dans cette période de chaos et de confusion dans laquelle ils se trouvent.

Est-ce le rôle du médiateur d’aider ces personnes à faire leur choix, et savoir comment se le dire?

Ou est-ce le rôle du thérapeute de couple?

Ces personnes ont elles besoin d’un accompagnement psychologique, ou d’un outil de communication pragmatique?

Nous pouvons prendre le temps d’y réfléchir et d’échanger sur le sujet jeudi prochain lors du café Médiation de la rentrée.

Gaëlle WALKER

cibler

La confidentialité en médiation…

…ou Comment sécuriser les entretiens de médiation.

Le médiateur doit garantir la confidentialité aux personnes qui s’engagent en médiation, mais comment peut il assurer le respect et la discrétion ?

Certains vont s’en prémunir par une convention engageant par écrit les personnes, et qui permettra des poursuites si le principe n’est pas respecté. Mais l’important, c’est que les personnes prennent conscience de cet engagement moral avant d’être formel, qui prendra son sens entre elles, et qui permettra de poser les questions de ce qui mettrait en doute cette confiance…

On en discutera le 6 juin 2019 au prochain Café Médiation. Venez nombreux.

Gaëlle WALKER

Café Médiation juin 2019

Café Médiation

Analyse de la pratique et accompagnement.

Le prochain Café Médiation organisé par Médiation du Rhône aura pour thème l’analyse de la pratique, l’occasion d’évoquer avec les professionnels des métiers du conseil et de l’accompagnement, la nécessité d’aborder en groupe de pairs les situations ou sujets qui bousculent plus particulièrement la posture.

Quels sujets nous amènent à évoquer en groupes ces difficultés rencontrées dans l’exercice de nos missions? Quelles situations ébranlent nos fondements et nos croyances?

Qui sont les professionnels qui nous accompagnent dans ces réflexions? Quels sont les outils?

Les relations humaines sont complexes, et intervenir dans ce cadre est un exercice engageant. Les règles d’indépendance , de neutralité, et d’indépendance que les médiateurs s’imposent pour mener à bien leur mission sont des postures difficiles, et exigeantes, qui nécessitent à la fois une disponibilité, et une distance permanente.

Et c’est pour maintenir ce cadre essentiel de la médiation que le médiateur nécessite l’accompagnement bienveillant et empathique du groupe qui l’aide à questionner ses failles, et stabiliser ses fondements.

Autant de questions que nous pourrons aborder ensemble jeudi 2 mai, à 8h30, à la Brasserie Le Moderne, avenue de Saxe, Lyon 3.

Médiation et thérapies

Les limites entre médiation et thérapie, dans le domaine du travail ou de la famille.

Nous posant un certain nombre de questions, en médiation familiale notamment, sur le moment où la problématique du couple que nous recevons ne relève pas forcément de la médiation mais d’un accompagnement psychologique, voire d’une thérapie, nous avons eu envie d’inviter nos collègues thérapeutes à venir en discuter avec nous.

médiation et thérapie

Médiation et thérapie

Lire la suite

Médiation et mal être au travail

médiation au travail

médiation et mal être au travail

Le Café Médiation du mois de mai sera l’occasion d’une rencontre entre les médiateurs, et les professionnels de la santé au travail, tels que médecins du travail, psychologues du travail et accompagnants. Le mal être au travail touche à la fois les salariées, collaborateurs, dirigeants, agents publics sans distinction de milieu professionnels, de situations hiérarchiques, de sexe, ni d’âge.

Lire la suite