Archives de catégorie : Pratique de la Médiation

La mission d’accompagnement en résidence

relation

« Un rôle de médiatrice contribuant au mieux vivre-ensemble des résidents qu’elle résume, judicieusement, en une formule de « passeuse de parole » gage d’écoute et d’homogénéité. »

Depuis plus d’un an, Bernadette Ambellie, médiatrice familiale à Brignais, a pris parallèlement de son activité une mission d’accompagnatrice dans une résidence accueillant des personnes seniors souhaitant vivre un vrai projet de vie pour leurs vieux jours : rester aux commandes de leur vie, conserver leur liberté, leur indépendance, rester chez eux aussi longtemps que possible, ne pas rester seul, isolé, vivre dans un cadre agréable…

Cette expérience est rendue possible avec l’aide dans les résidences d’un gardien chargé des interventions matérielles et techniques dans la résidence, mais également d’un accompagnateur chargé de maintenir de bonnes relations d’entente et de collaboration entre les résidents. C’est cette mission que Bernadette a choisi d’intégrer, mettant en pratique les outils ainsi que la posture du médiateur dans ces relations de voisinage.

On retrouve son témoignage dans l’article suivant : (à retrouver sur le site de http://www.maisonalliance.fr/

« Portrait de Bernadette Ambellié, accompagnatrice à Francheville

 le 11 octobre 2021

En place depuis un an à la Maison d’Alliance de Francheville, Bernadette Ambellië nous détaille les divers aspects de son activité d’accompagnatrice.
Un rôle de médiatrice contribuant au mieux vivre-ensemble des résidents qu’elle résume, judicieusement, en une formule de « passeuse de parole » gage d’écoute et d’homogénéité.

Médiatrice de profession, vous avez par ailleurs un large cursus qui répond pleinement à la mission d’accompagnatrice exercée dans la Maison d’Alliance de Francheville…

Disons qu’au gré de mes diverses  activités, j’ai acquis une certaine expérience pour la conduite d’animations en groupe. Tant au niveau de mon diplôme d’Etat en qualité de médiation familiale et  scolaire que de ma spécialité de psycho-généalogie ou d’une formation en management, l’ensemble de ces acquis me rend effectivement apte à œuvrer pour un meilleur fonctionnement du collectif.
C’est pour ce registre de compétences que les dirigeants des Maisons d’Alliance m’ont fait confiance.

En quoi consiste, précisément, votre intervention au sein de ce béguinage lyonnais ?

 La première et la mieux mise en pratique depuis mon arrivée, axée autour du vivre-ensemble, consiste à élaborer une trame de travail pour recenser les besoins et animer des sessions une fois par mois.
Car, si pour la majorité des résidents le choix d’opter pour une Maison d’Alliance est une réponse à la solitude, leur insertion à l’intérieur, à savoir la  mise en commun de certaines tâches ou loisirs ainsi qu’une bonne cohabitation ne se fait pas toujours sans difficulté.
D’où la nécessité de s’appuyer sur certains outils comme la réparation du lien social et la prévention ou le règlement des conflits.
Lorsque les gens ne se connaissent pas, ils sont bien souvent sur leurs gardes et il importe de trouver des solutions pour qu’ils parviennent à mieux communiquer.
Apprendre à partager des choses ne va pas de soi, en effet, et la conception de la solidarité comme de l’entraide demeure sans cesse des objectifs à optimiser dès l’instant où l’on vit en collectivité.

Vous venez d’évoquer un premier volet de votre activité. Y-en-a-t-il un deuxième ?

Oui, centré autour d’une permanence d’écoute pour des personnes qui se sentent en fragilité de manière individuelle. Des résidents pour lesquels certains points de désaccords ou de malentendus posent problème et qu’il convient de prendre en compte individuellement.
Un autre volet de mon activité qui va plutôt se développer à partir du mois prochain.

Quels domaines vous semblent-ils opportuns d’intensifier plus encore ?

Parce que la vie en groupe, en commun n’est pas chose naturelle, il importe de privilégier les temps d’écoute et de partage. Pour contribuer à ce que les résidents parviennent à s’entendre et à se comprendre en s’acceptant dans leurs différences et dans le respect de leur intimité. C’est un travail de longue haleine essentiellement basé sur la confiance et la réciprocité.

Quels fruits retenez-vous depuis votre entrée en activité à Francheville ?

Une modeste satisfaction à constater que le bien-fondé de mon objectif sur le vivre-ensemble a créé une bonne homogénéité. A constater les sourires et l’ambiance du groupe exprimés à l’issue de ce dernier mois de vacances, je me dis que ce travail de « passeuse de parole » est gage d’espérance. C’est très encourageant. »
 

médiateur familial médiateur du travail

La médiation et la Justice de demain.

Au sortir de cette période de confinement et de distanciation sociale, la reprise progressive de l’activité judiciaire, les tribunaux se retrouvent submergés par le retard pris sur le traitement des dossiers accumulés, et l’activité fortement réduite.

Ainsi les avocats par répercussion voient leurs dossiers reportés et les délais s’allonger. Les personnes aussi doivent patienter plus encore.

La médiation a un rôle à jouer dans ce contexte : Chacun trouve sa place dans ce processus collaboratif : le médiateur, l’avocat et le juge, pour la satisfaction des justiciables.

Pourquoi s’en priver ?

Continuer la lecture de La médiation et la Justice de demain.

Le Labo des enfants : un espace pour accueillir la parole des enfants de parents séparés

Arbre de vie réalisé par un groupe d’enfants

Après une séparation ou un divorce, il n’est pas rare que les enfants soient confrontés à des émotions intenses (colère, tristesse, culpabilité, incompréhension). Les séparations sont difficiles à traverser pour les parents et pour les enfants. Les parents ne sont pas toujours en capacité d’écouter leurs enfants face à cette séparation.

Verbaliser est le premier pas pour gérer l’émotion. Difficile pour un enfant de dire ce qu’il ressent à ses parents. Difficile de comprendre ce qu’il ressent. Difficile de partager sur ses émotions. Et pourtant…

Continuer la lecture de Le Labo des enfants : un espace pour accueillir la parole des enfants de parents séparés

Ecole, émotions, art et connaissance de soi

Atelier d’expression artistique

Parler des émotions à l’école à 80 enseignants, c’est le défi qu’ont accepté de nous confier des directrices de collège en ce début d’année scolaire.

Nous sommes tout à la fois des êtres de raison et d’émotions. C’est encore plus vrai pour les élèves/adolescents. Les émotions sont très présentes au collège, car l’entrée au collège coïncide avec l’entrée dans l’adolescence, cette période si particulière du développement, période de transformations, où les émotions prennent beaucoup de place.

Sensibiliser leurs professeurs sur ce sujet, a été notre défi avec Isabelle de la Selle (La clé de l’atelier).

Continuer la lecture de Ecole, émotions, art et connaissance de soi
Médiation familiale Lyon

Médiation en milieu scolaire

Médiation par les pairs – L’Ecole de la Non-violence

La médiation

La médiation est un processus coopératif qui vise à favoriser la communication et à préserver les liens entre les personnes. Elle intervient dans les situations de rupture ou de conflits afin d’organiser un espace d’échange et de rencontres permettant aux personnes de trouver elles-mêmes des solutions. La médiation s’appuie sur l’engagement volontaire.

Le climat scolaire

« Le climat scolaire reflète le jugement qu’ont les parents, les éducateurs et les élèves de leur expérience de la vie et du travail au sein de l’école ».

Améliorer le climat scolaire vise à mobiliser les partenaires (parents, équipes éducatives, enfants) afin de favoriser un cadre « serein, protecteur, stimulant et propice aux apprentissages » au sein de l’école, collèges et lycées.

Continuer la lecture de Médiation en milieu scolaire

Il y a souvent une confusion entre la médiation et le coaching. Le dernier café médiation organisé par Médiation du Rhône a eu pour objet d’aborder la façon dont s’articulent ces métiers.

A chacun sa définition…

Il n’a pas été facile de donner des définitions validées par tous : il est évident que la pratique et ‘’les écoles’’ donnent des approches différentes jusque sur les définitions des missions, pour la médiation comme pour le coaching.

Une définition avancée du coaching a été : « accompagner et guider : amener la personne (ou le groupe) à prendre en main l’objectif défini avec elle ».

La différence se poserait-elle là ?

Continuer la lecture de Médiation et/ou coaching

accord

Les accords en médiation

La médiation permet aux personnes de prendre des décisions adaptées à leur problématique. Les personnes peuvent choisir de les consigner par écrit et l’accord synthétise les décisions prises durant tous les entretiens.

Avec l’écrit on passe de l’officieux à l’officiel : L’écrit a une fonction structurante. Il demeure dans le temps.

Lorsque cet accord prend une forme écrite, il peut servir de base à une homologation. Se posent alors plusieurs questions sur sa forme, le fond et la place du médiateur dans la rédaction de ces accords. Continuer la lecture de Les accords en médiation

La médiation successorale : un solde de tout compte ?

Il y a des situations qui cristallisent autant d’amour que de haine. D’ailleurs la haine n’est-elle pas elle-même une recherche de lien?

maintenir les liens
maintenir les liens

Il y a quelques semaines un article titrait « Cet héritage qui nous a réconcilié », et pourtant beaucoup d’histoires d’héritage tournent autrement.
La médiation successorale a cette particularité de réunir les membres d’une même famille autour d’un même chagrin et de faire apparaître des années de querelles, de questionnements, d’incompréhension ou d’émotions contenues.
Il y a quelque chose de très subtil qui se joue alors : un besoin de reconnaissance autour d’une question d’argent qui est parfois et même souvent le prétexte pour garder ce lien si particulier qu’est le lien familial. Continuer la lecture de La médiation successorale : un solde de tout compte ?

Les Médiateurs à la Foire et la médiation de la consommation

Les médiateurs de Lyon étaient, cette année encore, présents à la Foire de Lyon sur un stand MEDIATEURS visible dès l’entrée dans l’espace.

C’était l’occasion de constater à quel point les associations et centres de médiation de Lyon s’entendent bien. En effet, ils étaient tous présents côte à côte pour cette action de promotion de la Médiation avec un grand M. Chacun représentant sa spécificité, les différences de formation, d’affinité, de domaine d’intervention… Quel exemple de concertation et de consensus, dans un lieu qui n’est pourtant pas l’endroit évident pour une rencontre de médiateurs !

stand Médiateurs à la Foire de lyon
stand Médiateurs à la Foire de lyon

Comme les discussions ont pu être animées et diverses en ce qui concernait le sujet d’actualité : la médiation de la consommation.

En effet, la pratique de la médiation à la Foire est le type même de la médiation de la consommation. Et les médiateurs qui sont chargés de régler ces différends entre exposants et clients se trouvaient souvent un peu désorientés, en face d’une personne qui était plus en position de réclamant que de médié, et dans une démarche de négociation plus que de médiation.

Alors : médiation ou pas médiation de la consommation ?

A la réflexion, on peut dire qu’il existe bien une médiation de la consommation. Il ne s’agit pas du traitement de la réclamation comme on l’entend, mais plutôt véritablement la prise en compte et l’amélioration de la Relation. Cette situation mérite une appréhension particulière de la demande et une lecture claire des faits et des objectifs.

Parce qu’il y a deux sortes de situation de consommation : la vente de produits, et la vente de prestation. Et quid de la relation entre les acteurs, dans ces deux cas ?

Tout d’abord, pour la vente d’un produit qui nécessite un accord entre l’acheteur et le vendeur, et qui n’engage pas de relation entre les deux personnes dans la durée, il n’y aura pas de place pour la médiation. En effet, il n’existe pas d’intérêt de renouer ou nouer le lien entre deux personnes qui ont eu intérêt à faire coïncider leurs besoins à un moment qui ne dure pas dans le temps. Nous l’avons entendu à plusieurs reprises, lors de nos visites sur les stands des exposants, et cela ne dépend pas du montant de la transaction : les commerçants préfèrent faire « un geste commercial » en cas de conflit, plutôt que de risquer une mauvaise évaluation de leur produit par le client mécontent…

Ensuite, pour une prestation qui ne dure pas dans le temps, les professionnels ne vont pas engager une médiation : la prestation a été rapide, instantanée. Une fois la prestation accomplie, il n’y aura plus de relation avec le professionnel qui ne reverra plus le client. Cette situation concerne la vente des produits qui ne se renouvellent pas, et pour lequel il n’est pas nécessaire de fidéliser le client. Les professionnels dans ces cas préféreront soit faire « un geste commercial », soit faire appel à un expert qui sera moins coûteux et qui leur permettra de répondre à la contestation.

Mais la médiation de la consommation prend toute sa légitimité pour les professionnels qui opèrent des prestations dans la durée, et dont les chantiers nécessitent un suivi de la relation, et un lien de confiance entre le client et le professionnel.

Elle concerne aussi les professionnels qui ont besoin de fidéliser leur clientèle et ne pas rompre le lien commercial, ceux qui vont renouveler la prestation avec le même client, selon ses besoins. Il s’agit des fournisseurs par exemple.

C’est pour ces situations que la médiation est opportune. En effet, comme on le sait, le processus de médiation est axé sur la construction, ou la reconstruction du lien. Il intervient sur la relation entre les personnes. Ainsi dans ces domaines d’activité, la relation commerciale est importante et doit être préservée, pour le client comme pour le professionnel : soit pour maintenir le lien commercial, soit tout simplement pour mener le chantier à son terme, en dépassant les conflits.

Je suis donc convaincue que dans ce contexte on peut justifier de l’intervention du processus de médiation pour reconstruire la relation et la consolider.

Même si les enjeux et les techniques pour conduire l’entretien ne seront pas les mêmes que dans la médiation familiale.

 Gaëlle WALKER

La Co médiation : une richesse

 

Certaines situations de médiation impliquent la mise en place d’une Co médiation. Il s’agit alors pour deux médiateurs de travailler ensemble, de réunir deux façons de faire ; deux façons d’observer. Co médier n’implique pas juste d’additionner ses savoirs faire, il faut créer ensemble. C’est la possibilité de travailler en complémentarité  mais c’est aussi une façon de travailler ensemble dans un métier qui a tendance à être solitaire.

Dans quels cas ?

La Co médiation est un choix. Elle peut paraître bénéfique dans les situations où les personnes accueillies sont nombreuses (au-dessus de 4).

La Co médiation peut aussi se mettre en place à un certain moment du processus, lorsque le médiateur se sent submergé par la situation ou s’il a besoin d’un regard extérieur.

Comment travailler à deux ? Continuer la lecture de La Co médiation : une richesse