Ecole, émotions, art et connaissance de soi

Atelier d’expression artistique

Parler des émotions à l’école à 80 enseignants, c’est le défi qu’ont accepté de nous confier des directrices de collège en ce début d’année scolaire.

Sensibiliser leurs professeurs sur ce sujet, a été notre défi avec Isabelle de la Selle (La clé de l’atelier).

Nous sommes tout à la fois des êtres de raison et d’émotions. C’est encore plus vrai pour les élèves/adolescents. Les émotions sont très présentes au collège, car l’entrée au collège coïncide avec l’entrée dans l’adolescence, cette période si particulière du développement, période de transformations, où les émotions prennent beaucoup de place.

On sait aujourd’hui que les émotions impactent l’attention, la mémorisation, la relation avec les autres, la planification, la créativité, le bien-être et donc les apprentissages.

Si nous travaillons généralement avec les élèves, via notre « parcours de sensibilisation aux émotions à travers l’art », en ce dernier jour de rentrée pédagogique, ce sont les enseignants qui ont bien voulu se prêter à l’exercice.

Il a été question de cette intelligence émotionnelle. Cette capacité à identifier, reconnaitre et gérer nos émotions. Cette intelligence s’acquiert, se travaille. L’école peut aussi être le lieu de cet apprentissage. L’exploration collective des émotions est une piste de travail et passer par l’Art est une alternative à la communication verbale et un outil qui permet de garder une certaine « distanciation ». Les adolescents sont très sensibles au « regard des autres », et cette distanciation peut les aider à entrer dans le domaine du sensible sans trop se dévoiler.

Nous avons essayé de comprendre un peu mieux cet élève/adolescent et pourquoi il est « tout » émotion. Quel professeur n’a pas dû affronter un élève bloqué devant sa copie, une élève en colère ou un autre en détresse ? Nous avons échangé sur ce que nous connaissons des émotions et sur ce qu’elles nous disent de nos besoins satisfaits ou non. L’hyper sensibilité des adolescents a pour conséquence, pour certains enseignants, de penser les émotions comme un risque (risque d’être débordé et/ou que les apprentissages se fassent mal). Or leurs émotions sont aussi un vecteur d’apprentissage.

Nous nous sommes appuyés sur l’Art, pour travailler ensemble, sur nos propres émotions : L’exploration collective d’une œuvre permet de réaliser que l’on ne ressent pas tous les choses de la même façon. On peut s’identifier au « sort » des autres. C’est le premier pas vers l’empathie.

Faire peindre 80 professeurs a été notre deuxième défi. Exprimer en peinture une émotion (La Joie) ; Comprendre ce que l’on ressent, être à l’écoute de son émotion. Beau challenge pour ces hommes et ces femmes qui vivent parfois leur journée dans la « tempête émotionnelle » de leurs élèves et dans leur propre émotion.

L’expérience a été passionnante. Les pastels, les peintures, les rouleaux, les éponges, les pinceaux ont exprimé la joie sous toute ses formes….explosion, gaité, sérénité, enthousiasme, euphorie, gratitude, bonne humeur…. Aux dessins se sont ajoutés les mots qui définissent l’émotion, l’observation qui nous fait prendre conscience de l’émotion et les ressentis qui nous ramènent au corps.

Merci à ces 80 enseignants et éducateurs qui ont été à l’écoute de leurs propres émotions pour aller vers plus de compréhension dans l’émotion des collégiens. Cette empathie dont on a tous besoin.

Frédérique Moulinier Fuentes/Médiatrice DE